Enfilade

Colloquium | Le théâtre et la peinture dans les discours Académiques

Posted in conferences (to attend) by Editor on February 7, 2016

From the colloquium programme:

La Vraisemblance ou les enjeux de la représentation: Le théâtre
et la peinture dans les discours Académiques, 1630–1730
Deutsches Forum Für Kunstgeschichte Paris, Hôtel Lully, 9–11 February 2016

Organized by Markus Castor and Kirsten Dickhaut

Epouser son père ; recevoir de la nourriture directement tombée du ciel ou encore vaincre un dragon… Ces récits mythographiques sont-ils encore aujourd’hui les vecteurs d’une quelconque vraisemblance ? Tous les exemples mentionnés – qu’il s’agisse du Cid de Corneille, du tableau de Poussin, du Saint-Michel de Raphaël ou de la tragédie de Médée de Pierre Corneille mise en musique par Marc-Antoine Charpentier semblent aujourd’hui en être totalement dépourvus. Déjà au XVIIe et au XVIIIe siècles, s’imposait la nécessité d’en rappeler les enjeux. La Querelle du Cid, qui agite les débats de l’Académie Française, a des répercussions au sein de l’Académie royale de peinture et de sculpture comme en témoigne ses conférences. Ces sujets doivent faire dorénavant l’objet d’une introduction préalable vis-à-vis du spectateur afin d’établir les supports cognitifs de cette vraisemblance. La vraisemblance constitue – conformément à la poétique aristotélicienne – l’ensemble des moyens rhétoriques qui permettent de représenter de manière crédible un évènement ou une action. Durant l’âge classique, l’exigence de vraisemblance ne prônait déjà plus une stricte application de ces codes. Au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, l’usage normatif de la vraisemblance ne se justifie pas non plus pleinement par le questionnement interprétatif du sujet. Seuls les sujets d’histoire religieuse échappent à cette révision comme en attestent les conférences académiques.

Cette journée d’étude interrogera les stratégies de relecture critique des œuvres théâtrales et artistiques à travers la réception des discours académiques. Ce sera l’occasion d’évaluer l’impact de certaines thèses jésuites et jansénistes sur les modes de représentation rhétoriques de la vraisemblance. Si au cours du XVIIe et du XVIIIe siècles, les normes de la vraisemblance prévalent à celles de la vérité en ce qui concerne les sujets d’histoire religieuse et mythologique, c’est parce qu’elles sont normalisées par un répertoire rhétorique et visuel intelligible par le public. Le principe de fonder ces normes d’après une appréciation rationnelle des faits et de leur déroulement est une conception qui se popularise progressivement tout au long de l’époque moderne. Au cours du XVIIIe siècle, s’opère un basculement entre deux types de vraisemblance: le premier se fonde sur la rhétorique et rejoint l’interprétation sensualiste des dispositifs scéniques et artistiques ; le second s’impose progressivement durant la seconde moitié du XVIIIe siècle et s’inscrit dans l’élaboration d’une perception rationaliste et mathématique de la représentation, pour aboutir à une projection abstraite de l’univers. La question épistémologique de la représentation est en fait la base de la discussion sur la qualité de toute vraisemblance. Dès la seconde moitié du XVIIe siècle, l’Académie royale de peinture et de sculpture à Paris revendique expressément la dimension intellectuelle de sa pratique des arts. Elle s’inspire des modèles des académies littéraires italiennes dans le but de se distinguer du corporatisme des fabriques artistiques. Cette démonstration s’exerce exclusivement par le biais du genre historique et l’élaboration d’une pédagogie de l’art fondée sur la conceptualisation des modèles artistiques. . . .

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

M A R D I ,  9  F É V R I E R  2 0 1 6

17:00 Jacqueline Lichtenstein, Université Paris-Sorbonne, Le peintre a-t-il comme le poète, le droit de tout oser? Vérité et vraisemblance dans les conférences académiques

Apéritif

M E R C R E D I ,  1 0  F É V R I E R  2 0 1 6

9:00  Présidence de séance: Kirsten Dickhaut et Markus Castor
• Joachim Küpper, Freie Universität Berlin, Le concept de la vraisemblance chez Aristote
• Andreas Kablitz, Universität zu Köln, À propos de la transformation du concept aristotélicien de la vraisemblance dans la poétologie du XVIIe siècle
• Hannah Williams, Queen Mary University of London, Entre théâtre et académie : l’art religieux dans les églises parisiennes

Pause midi

14:00  Présidence de Séance: Markus Castor et Kirsten Dickhaut
• Florence Ferran, Université de Cergy-Pontoise, La Vraisemblance du théâtre
• Anne-Elisabeth Spica, Université de Metz, Paradoxes et points aveugles du paragone
• Élodie Ripoll, Université Koblenz-Landau, Rougir sur la scène classique. Enjeux scéniques et théoriques
• Christophe Henry, Académie de Versailles, Manières, plasticité, analogies: La vraisemblance académique à l’épreuve des scories ataviques et culturelles
• Kirsten Dickhaut, Université Koblenz-Landau, La vraisemblance merveilleuse – une catégorie chère à Corneille et aux Académiciens

J E U D I ,  1 1  F É V R I E R  2 0 1 6

9:00 Présidence de Séance: Élodie Ripoll et Kirsten Dickhaut
• Susanne Friede, Alpen-Adria Universität Klagenfurt, Les règles de la vraisemblance et du genre : L’art de la représentation dans quelques comédies de Corneille
• Emmanuelle Hénin, Université de Reims, Vraisemblance et illusion : un discours en trompe-l’œil
• Laëtitia Pierre, Université Panthéon-Sorbonne, Tullia ou la violence représentée, 1667–1735
• Markus A. Castor, DFK Paris, La volonté n’est pas toujours la maîtresse de nos productions – La vraisemblance dans le discours académique et dans la pratique artistique, 1667–1740

Pause midi

13:30 Présidence de Séance: Laëtitia Pierre et Élodie Ripoll
• Lauren Cannady, Clark-Institute, Mass., La question de la vraisemblance dans la peinture selon l’abbé Dubos : une reprise de Roger de Piles ?
• Alain Viala, University of Oxford, Il faut bien des bergers, pour la vraisemblance : de Molière à Watteau
• Theodora Psychoyou, Université Paris-Sorbonne, « Représenter en musique » et « bruit poétique » : de quelques paradoxes de la vraisemblance musicale

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s