Enfilade

Exhibition | La Manufacture des Lumières: La Sculpture à Sèvres

Posted in books, catalogues, exhibitions by Editor on July 8, 2015

Opening at Sèvres in September:

La Manufacture des Lumières: La Sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution
Cité de la Céramique, Sèvres, 16 September 2015 — 18 January 2016

Curated by Guilhem Scherf

Jean-François Duret, La Mandoline ou La conversation espagnole, 1772 (Collection Sèvres—Cité de la céramique, SCC.2012.2.1)

Jean-François Duret, La Mandoline ou La conversation espagnole, 1772 (Collection Sèvres—Cité de la céramique, SCC.2012.2.1)

Raconter l’histoire de la sculpture à Sèvres, de la création de la Manufacture par la volonté de Louis XV et de Madame de Pompadour jusqu’à la période révolutionnaire, permet de dévoiler tour à tour l’excellence du goût des élites de l’Ancien Régime pour la perfection des objets d’art et l’explosion d’une thématique nourrie par le siècle des Lumières.

La sculpture à Sèvres relève d’un processus minutieux partant d’un modèle en terre pour aboutir au biscuit de porcelaine. La surface de porcelaine, non émaillée mais polie, permet ainsi de rivaliser le marbre. Le biscuit de porcelaine, inventé par la Manufacture vers 1752, connait immédiatement un immense succès et a concurrencé la production venant de Chine puis celle de sa grand rivale saxonne, la Manufacture de Meissen.

Les artistes de la Manufacture ont su créer et diffuser des sujets remplis de charme, de délicatesse et de vie sur les thèmes de l’enfance, de la fable et de l’allégorie, de la littérature et de la vie quotidienne tout en innovant dans le domaine du portrait et de l’iconographie politique. Les biscuits exécutés sous la direction des sculpteurs du roi (Falconet, Pajou, Boizot), parfois inspirés par des compositions de Boucher ou de Coypel, ont délecté les amateurs du temps les plus exigeants.

L’exposition présente plus de 80 terres cuites et 120 biscuits de porcelaine, mais aussi des dessins, des estampes, ainsi que des modèles et des moules en plâtre originaux. Cette richesse des collections patrimoniales complétée par des prêts extérieurs, permet de montrer au mieux cette apothéose du goût et de l’excellence artistique que fut la création au XVIIIe siècle des célèbres biscuits de Sèvres.

Cet événement a été rendu possible grâce à la restauration financée par la Fondation BNP Paribas, des modèles originaux en terre cuite du XVIIIe siècle, étape initiale à la production des sculptures en porcelaine.

Après une introduction historique et technique, le parcours de l’exposition se décompose en dix sections. Elles abordent les thèmes du goût pour l’enfance, les animaux, la fable et l’allégorie, le surtout de table, la vie contemporaine, les sujets littéraires, les œuvres religieuses, les portraits, les statuettes des grands hommes et, enfin, la décennie révolutionnaire.

Aujourd’hui, la fabrication de biscuits se poursuit dans les ateliers de la Manufacture de Sèvres, pour certains issus du répertoire de Sèvres, pour d’autres fruits de l’imagination des artistes contemporains invités.

Le commissariat général de l’exposition est assuré par Guilhem Scherf, conservateur en chef au département des sculptures du musée du Louvre, spécialiste de la sculpture du XVIIIe siècle et auteur de nombreux ouvrages. La scénographie est confiée à Cécile Degos.

Le catalogue est édité sous la direction de Tamara Préaud par les éditions Faton. Une première partie traite de la Manufacture de Sèvres, des techniques et de la restauration des terres cuites et du dialogue des arts (l’estampe, la sculpture, le costume). La deuxième est le catalogue des œuvres exposées, selon dix sections. Quant à la dernière partie, elle présente le catalogue sommaire illustré de l’ensemble des sculptures du XVIIIe siècle conservées à Sèvres – Cité de la céramique.

La Cité de la céramique – Sèvres & Limoges et la Société Pyramis Design ont signé un accord de mécénat de compétence en matière de digitalisation 3D. Dans le cadre de l’exposition, grâce à cette technologie, une lecture inédite du surtout de table La Conversation espagnole sera proposée aux visiteurs, en regard de l’œuvre originale.

Tamara Préaud, ed., La Sculpture à Sèvres au XVIIIe Siècle (Dijon: Éditions Faton, 2015), 432 pages, 45€.