Enfilade

New Expansion Plan for The Frick Unveiled

Posted in museums by Editor on April 7, 2018

A rendering of The Frick Collection from East 70th Street in New York (Credit: Selldorf Architects). According to the press release from The Frick, the $160million project, scheduled to begin in 2020, “encompasses approximately 60,000 square feet of repurposed space and 27,000 square feet of new construction.”

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

From The New York Times:

Robin Pogrebin, “Frick Collection, With Fourth Expansion Plan, Crosses Its Fingers Again,” The New York Times (4 April 2018).

The irony is not lost on Ian Wardropper, the director of the Frick Collection: The very gated garden that upended the museum’s previous attempt to renovate its 1914 Gilded Age mansion is now the centerpiece of its revised design.

In 2015, preservationists, designers, critics and architects successfully opposed the Frick’s plans to remove the garden on East 70th Street, designed by the British landscape architect Russell Page, to make way for a six-story addition, by Davis Brody Bond.

The new plan, by the architect Annabelle Selldorf—which the Frick board approved Wednesday—has situated several new elements precisely so that each provides a tranquil view of the garden: a renovated lobby; a newly created second level above the reception hall; and a new education center, cafe and expanded museum shop.

In addition, the garden will be restored by Lynden B. Miller, a garden designer and preservationist, in keeping with Page’s original vision.

And rather than build over the garden, as previously planned, the Frick will now build beneath it, creating a 220-seat underground auditorium to better accommodate educational and public programs. . .

The full article is available here»

New Book | Orient et ornement

Posted in books by Editor on April 7, 2018

Published by Éditions de la Maison des sciences de l’homme, as noted at GRHAM:

Isabelle Tillerot, Orient et ornement: L’espace à l’œuvre ou le lieu de la peinture (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme et DFK Paris, 2018), 370 pages, ISBN: 978 2735124169, 48€.

Tout tableau est un fragment. Mais qui, du cadre ou du mur, construit le lieu de la peinture ? Que s’est-il passé lorsque cette énigme occidentale fut confrontée à l’époque moderne à une autre représentation du monde ? Si l’Europe des Lumières est souvent caractérisée par les chinoiseries et l’ornement rocaille, c’est un nouveau regard sur l’Extrême-Orient qui est analysé ici, celui qui lie l’histoire du tableau à une idée de l’espace transmise par les décors des objets venus d’Asie. Dans quelle mesure la présence réelle ou fantasmée de l’Orient a-t-elle modifié le rapport de la peinture au support qui la donne à voir ? Tel est l’objet de ce livre qui présente le changement de paradigme dans la construction du goût suscité par les notions orientales de paysage, de lointain et de vide, pour que le sort de la peinture se transforme. D’où vient la place particulière qu’elle acquiert au XVIIIe siècle ? De quelle façon fut bouleversée son exposition pour qu’elle devienne le tableau que nous connaissons aujourd’hui ?

T A B L E  D E S  M A T I È R E S

Préface

Introduction

1  Les lieux de la peinture
Décorer ou la matérialité des décors
L’usage du décor
Les espaces impartis à la peinture

2  Le temps du décor
Les lointains de la peinture
Tableaux en amont
Le décor comme écrin

3  L’arabesque d’un ornement
L’arabesque peinte
L’arabesque à l’entour du tableau
Le tableau arabesque

4  L’orient des décorations
Rêve de chinoiserie
Rêve de matières
Rêve de couleurs

5  L’idée orientale du goût
De l’objet d’Orient à l’objet de goût
Lieux chinois d’Europe
Le blanc des jardins d’Asie

6  Un autre mode de représentation du monde
Un système non mimétique
Dissoudre le support architectural ou la surface repensée
Le décor reconnu comme oeuvre d’art

Conclusion – Le caprice de l’orient ou faire du tableau une île

Bibliographie
Sources anciennes
Sources anciennes éditées après le XVIIIe siècle
Études modernes
Catalogues d’expositions