Enfilade

Exhibition: French Romantic Gardens

Posted in books, catalogues, exhibitions by Editor on July 6, 2011

Thanks to Hélène Bremer for this notice. From the exhibition website:

Jardins Romantiques Français (1770-1840)
Musée de la Vie Romantique, Paris, 8 March — 17 July 2011

Louis-Hippolyte Lebas, "Le Petit Pavillon du Parc de Malmaison," watercolor (Musée National du château de la Malmaison) © RMN/Gérard Blot -- the building was designed by François Cointereaux around 1790.

Comment proposer aujourd’hui une définition du jardin romantique français, telle est la question que nous nous sommes posée alors que certains des meilleurs spécialistes en réfutent l’appellation. Aussi bien avons-nous usé du pluriel dans le titre « Jardins romantiques » pour évoquer, sans pouvoir être exhaustif, certains parmi les trop multiples reflets du romantisme au jardin.

Au fil des siècles et des saisons, le goût du jardin pittoresque s’est raffiné en un art de vivre à part entière dont les Encyclopédistes puis Beaumarchais avant l’impératrice sont les ambassadeurs écoutés. Au premier rang s’imposent naturellement voyageurs et savants qui rapportent et multiplient, d’un continent à l’autre, moult herbiers
soigneusement conservés au Muséum et rares cultivars
développés dans le secret des pépinières ou à l’arboretum.

ISBN: 9782759601592, 30€

Au XIXe siècle l’Europe des botanistes résonne tel un bruissant arbre à palabres : on y disserte en latin comme en français sur les principes modernes de la taxinomie et de la dendrologie ; jardinistes et passionnés ouvrent largement les enclos sur la nature environnante et plantent des parcs paysagers. Serres chaudes et palmariums ponctuent les propriétés que leurs commanditaires identifient à leur récente prospérité. Le sentiment du sublime inspire fabriques et cascades, grottes et lacs. Ces nouveaux jardins d’Armide s’ornent de maints caprices secrets : temple de l’amour ou laiterie, chalet ou casino, faux tombeaux ou ménagerie. Pour les délices du vert galant, il n’est pas de sens plus nomade que la vue. Ainsi, la Restauration et la Monarchie de Juillet voient la pratique du jardinage conquérir toutes les couches de la société, et les grands destins du romantisme s’y enracinent. . . .

More information is available here»

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Exhibition catalogue: Daniel Marchesseau, Jardins romantiques français: Du jardin des Lumières au parc romantique (Paris Musées, 2011), 256 pages, ISBN: 9782759601592, 30€.