Enfilade

Forthcoming | The Politics of the Provisional

Posted in books by Editor on December 8, 2012

From Penn State UP:

Richard Taws, The Politics of the Provisional: Art and Ephemera in Revolutionary France (University Park: Penn State University Press, 2013), 232 pages, ISBN: 978-0271054186.

978-0-271-05418-6mdIn revolutionary France, materiality was not easily achieved. The turmoil of war, shortages, and frequent changes in political authority meant that few large-scale artworks or permanent monuments to the Revolution’s memory were completed. On the contrary, as this book argues, visual practice in revolutionary France was characterized by the production and circulation of a range of transitional, provisional, ephemeral, and half-made images and objects. Addressing this mass of images conventionally ignored in art-historical accounts of the period, The Politics of the Provisional contends that widely distributed, ephemeral, or “in-between” images and objects were at the heart of contemporary debates on the nature of political authenticity and historical memory. Provisionality had a politics, and it signified less the failure of the Revolution’s attempts to historicize itself than a tactical awareness of the need to continue
the Revolution’s work.

Richard Taws is Lecturer in the History of Art, University College London. (more…)

Conference | Iconoclasm and Revolutions

Posted in conferences (to attend) by Editor on December 8, 2012

From Le Blog de l’ApAhAu:

Iconoclasme et révolutions, XVIIIe-XXIe siècle
Petit Palais (Auditorium), Paris, 13-14 December 2012

Iconoclasm and RevolutionsStatues déboulonnées, portraits déchirés ou brûlés, emblèmes grattés ou barbouillés : ces gestes iconoclastes semblent indissociables des processus révolutionnaires, des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes contemporaines. Que se joue-t-il derrière ces gestes apparemment dérisoires, souvent ravalés à du « vandalisme » ? Comment penser, à partir de l’iconoclasme, une histoire des relations entre des sujets et des signes de pouvoir (politique, religieux, social) ? Tel sera l’objet de ce colloque international et pluridisciplinaire, qui réunira au Petit Palais historiens, historiens de l’art, anthropologues, spécialistes d’aires culturelles et de périodes différentes, de la France à l’Afghanistan, de la Chine à l’Amérique latine, de la Russie à l’Espagne… La réflexion portera notamment sur les « pouvoirs de l’image » et du signe, sur le rapport au visible et au sensible en situation révolutionnaire et sur la puissance de transformation du social attribuée aux gestes iconoclastes. Les formes prises par cette violence symbolique, ses cibles privilégiées, ses acteurs individuels et collectifs, sa liesse ou ses silences, ses liens avec la violence physique, ses seuils de tolérance et ses compromis (entre conservation et destruction) seront interrogés. Le colloque permettra d’éclairer les intentions des iconoclastes en révolution, explicitées ou non par eux : effacer une mémoire devenue intolérable, expurger une croyance, exprimer une opinion à la face de tous, s’approprier une souveraineté devenue disponible – sans que ces interprétations soient exclusives l’une de l’autre. Ces intentions seront rapportées à la réception et aux effets – tels qu’on peut les mesurer – des gestes de destruction. Toutes ces questions seront envisagées en situation, dans des contextes et des espaces singuliers, où les cultures visuelles, les formes d’expression politique, le rapport au sacré varient profondément.

The program is available here»