Enfilade

Call for Papers | UAAC/AAUC 2021, Online

Posted in Calls for Papers by Editor on April 26, 2021

From UAAC/AAUC:

Universities Art Association of Canada / l’association d’art des universités du Canada
Online, 20–23 October 2021

Proposals due by 16 May 2021

Every fall, UAAC-AAUC hosts Canada’s professional conference for visual arts-based research by art historians, professors, artists, curators, and cultural workers. The sessions and panels address issues and subjects in art history, theory, and practice from various methodological approaches.

We invite paper proposals for the UAAC-AAUC Conference 2021 Congrès. We offer a range of panels and roundtables that reflect the UAAC’s diverse constituents in terms of membership and scholarship. Submit proposals by using the Call for Papers Proposal Form PDF. Proposals are sent directly to the chair(s) of the session. The deadline for submission is 16 May 2021.

A selection of sessions potentially related to the eighteenth century, including the HECAA panel, is provided below. A full list of panels is available as a PDF file here.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Historians of Eighteenth-Century Art and Architecture (HECAA) Open Panel
Chair: Ersy Contogouris (Université de Montréal), ersy.contogouris@umontreal.ca

HECAA works to stimulate, foster, and disseminate knowledge of all aspects of visual culture in the long eighteenth century. This open session welcomes papers that examine any aspect of art and visual culture from the 1680s to the 1830s. Special consideration will be given to proposals that demonstrate innovation in theoretical and/or methodological approaches.

Le but de HECAA est de stimuler, favoriser et diffuser la connaissance de tous les aspects de la culture visuelle du long XVIIIe siècle. Cette séance ouverte accueille des présentations qui examinent tous les aspects de l’art et de la culture visuelle des années 1680 aux années 1830. Une attention particulière sera accordée aux propositions qui démontrent une innovation dans les approches théoriques et / ou méthodologiques.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Ibero-American Art, Identity, and Resistance
Chairs: Tatiane de Oliveira Elias (UFSM, Brazil), tatianeeliasufsm@gmail.com; and Patricia Branco Cornish (Concordia University), patricia.cornish@mail.concordia.ca

This panel aims to examine works by Ibero-American artists from the colonial period to contemporary times that debate migration and people’s movements across geographies. We seek to debate how artists interpret a new reality with constrained people movement in a pandemic. We seek contributions from a wide range of disciplines that engage with artistic practices in an Ibero-American context, including painting, performance, multimedia, art installation, and virtual reality (VR). We encourage submissions that debate how Ibero-American artists portray in their work the political and social aspects of cultural transfers resulting from people’s migration. We seek to discuss issues affecting minority populations and cultural transfers discourses in the context of immigration. We seek to debate how these works by Ibero-American artists demand from their makers a reconfiguration of thought and practices in current realities. We explore the importance of maintaining the Latin American historical memory and raising questions about preserving Latinxs identity and diversity. How politics influenced the Latin America art scene? How does the cultural flow happen in a new geographical location? How can arts promote cultural identity? How do artists negotiate their migrant identity in new geographies? How can artistic practices be reimagined in a new context in which we have limited physical interactions with others?

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Latin American and Caribbean Art (s): From Where? From Whom?
Chairs: Analays Alvarez Hernandez (Université de Montréal), analays.alvarez@umontreal.ca; and Alena Robin (Western University), arobin82@uwo.ca

This open session invites scholars, curators, and artists to share their current research on Latin American and Caribbean art (s). The goal is to create dialogue and exchange on the state of those fields. We welcome both contemporary and historical perspectives (from the pre-Columbian period to the present day) and the exploration of a variety of media (painting, sculpture, installation, photography, performance, socially engaged practices, new media, architecture, etc.). We are interested in examining the historical and contemporary presence of Latin American and Caribbean art(s)/artists beyond their traditional geopolitical borders; the inherent intersectionality of those concepts, and also their transmutation in light of past and current migratory and activist movements, technological advances, and sanitary crises; any other topic on art and artists in Latin America and the Caribbean delving into, for instance, the Caribbean’s complex relationship to Latin American. We accept proposals in French and English | Nous acceptons les propositions en français et en anglais.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Mining the Connection(s) between Industry and the Arts
Chair: Jessica Mace (University of Toronto), jessica.mace@utoronto.ca

While industry and the arts may initially seem poles apart, the two fields are in fact closely entwined. Over time, visual and material culture has served to drive industrial development, for example through survey photography or the construction of company towns), and has responded to industrial production in myriad ways, from documentation to artistic interpretation. In recent years, the arts have also dealt with the effects and material legacies of deindustrialization, for instance through heritage, urban exploration, and adaptive reuse. This session, then, seeks to explore these varied connections and to bring to light these often-overlooked topics. We invite scholars at all stages of their careers to discuss their work in any medium or period of time as it relates to industry and/or industrial production.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Research-Creation Caucus: How to be Artist-Scholars In and Outside of the Academy [Roundtable]
Chair: Stéfy McKnight (Carleton University), stefy.mcknight@carleton.ca

Can research-creation happen outside of academic institutions? This year, the Research-Creation Caucus will address current questions related to the methodology of research-creation and its connection to academic institutions. More specifically, how these institutions define research- creationists, and who may practice research-creation. There are opposing positions from artists- scholars that see research-creation as primarily an academic and institutional practice, while others argue that creative knowledges can happen outside of academia, and perhaps have done this before the formalization of research-creation in Canada. We as a collective will speak to the following questions: can research-creation disrupt traditional academic knowledge mobilizations, if research- creation being produced and defined by academic institutions? What happens to artist-scholars who change their career trajectories to work outside of academia? How does research-creation in institutions uphold and participate in colonial structures of knowledge production and dissemination? This session invites artist-scholars, curators, independent artists and producers to share their work, and give perspective on these competing debates.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Graduate Student Lightning Talks | Exposés éclairs des étudiants diplômés

Proposal Form (Graduate Student Lightning Talks) | Formulaire de proposition (Exposés éclairs des étudiants diplômés)

For the first time UAAC/AAUC is proud to feature Graduate Student Lightning Talks. This full session is composed of 5-minute presentations that provide graduate students the opportunity to present their current research or other area of interest. Participants may choose to present their work in the form of a focused summation, a case study, or a methodological approach. This is a great opportunity for graduate students to talk about topics that they are studying, practice presenting these topics and to engage with the broader academic community.

Pour la première fois, l’UAAC/AAUC est fière de présenter des exposés éclair d’étudiants diplômés. Cette session est composée de présentations de 5 minutes et donne aux étudiants diplômés l’occasion de présenter leurs recherches actuelles ou autres domaines d’intérêt. Les participants peuvent choisir de présenter leurs travaux sous la forme d’un résumé focalisé, d’une étude de cas, ou d’une approche méthodologique. Il s’agit d’une excellente occasion pour les étudiants diplômés de parler des sujets qu’ils étudient, de s’entraîner à les présenter, et de s’engager auprès de la communauté universitaire au sens large.

 

 

Call for Articles | Féminismes en Europe, 1789–1820

Posted in Calls for Papers, journal articles by Editor on April 26, 2021

From the Call for Papers:

Féminismes en Europe, 1789–1820
Speical Issue of Annales historiques de la Révolution française, 2023

Proposals due by 15 September 2021

Dans le cadre d’un numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française, nous sollicitons des contributions sur le thème suivant: « Féminismes en Europe »

Si le terme « féminisme(s) » n’est pas encore en vigueur à l’époque, la période allant de 1789 aux années 1820 est témoin de nombreuses prises de position en faveur des droits des femmes, appelant notamment à leur émancipation et/ou à leur intégration dans les conceptions de la citoyenneté qui s’imposent alors. On peut y inclure les discours sur l’éducation, sur la domination des hommes, sur l’égalité des sexualités, sur les moyens de remédier à la dépendance économique des femmes, sur la critique du mariage, c’est-à-dire le militantisme sous ses différentes formes mais aussi les prises de position contre-révolutionnaires ou anti-modernes dès lors qu’elles sont reliées, par les auteurs et autrices, à la question de l’émancipation des femmes. Malgré une historiographie abondante et en constante évolution sur le sujet depuis les années 1990, nous pensons qu’il est nécessaire de dresser un nouvel état des lieux de la question, en décalant notre regard de la seule scène française afin d’inclure les échanges et influences étrangères au sein du monde transatlantique (incluant l’Europe, ses colonies et ex-colonies).

Le fait est que si l’on documente et identifie bien, désormais, les prises de position des grandes figures qui, en France, ont pris la défense des femmes pour réclamer l’égalité des droits civils ou politiques — telles que Condorcet, Olympe de Gouges, Romme ou Guyomar ; si l’on commence à s’intéresser à des voix égalitaristes plus mineures comme, toujours en France, celle de Pons de Verdun (Lumbroso, 2021) ; si l’on connaît grâce aux travaux de Dominique Godineau (1989), Suzanne Desan (2002), Martine Lapied (2006) ou encore Laura Talamante (2017), l’engagement politique des « citoyennes tricoteuses » et « Amazones » dans le processus de démocratisation populaire, que ce soit à Paris ou à Marseille ; si l’on sait le rôle joué par certaines figures féminines comme Théroigne de Méricourt (Desan, 2020) ou Mary Wollstonecraft dans la diffusion et la réception des idées favorables à l’émancipation des femmes (Bour, 2013 par exemple) ; si l’on a mesuré l’importance des pétitions de femmes dans le processus de démocratisation de la société française à l’époque de la Révolution (Fauré, 2006) ; si le débat fut vif autour des raisons qui ont exclu (ou pas inclus) les femmes du droit de vote (Verjus, 2014) ; si on a commencé à s’intéresser avec sérieux à l’action politique des femmes engagées dans la contre-révolution (Mabo, 2017) ; enfin, si l’on connaît le niveau d’éducation extrêmement sophistiqué, parfois directement inspiré des écrits de Wollstonecraft, que certains hommes politiques américains ont fait donner à leur fille (par exemple, Theodosia fille d’Aaron Burr) ; si l’on a, par conséquent, amplement répondu à la question que posait Perrot en 1984 : une histoire des femmes est-elle possible ?, en la prolongeant d’interrogations menées à partir du point de vue plus englobant et conceptuel qu’adoptent les études de genre, plus rares sont les tentatives de dégager des visions d’ensemble des réseaux et des circulations d’idées sur la situation et l’émancipation des femmes au niveau européen dans les années 1790–1820, de l’ordre de celle qu’avait esquissée Margaret McFadden (1999) pour tout le XIXe, ou de celle qu’ont plus récemment tentée les coordinatrices de Transatlantic Feminisms in the Age of Revolutions (2012). S’il convient donc d’interroger l’engagement « féministe » des auteurs et autrices européens, à la suite, par exemple, des travaux consacrés aux Allemand·es Hippel (Gray, 1990) ou Sophie von La Roche (Joeres, 1986), aux Anglais comme Lawrence (Verjus, 2019), Holcroft (Binhammer, 2011), ou Godwin (Philp, 2020), ou encore aux Polonaises engagées dans les débats de la « Grande Diète » (Wisniewska, 2021), nous retiendrons aussi les nouvelles perspectives historiographiques sur des figures, des échanges, ou des mouvements moins connus. Nous accueillerons aussi les propositions qui se concentrent sur les réseaux comme, par exemple, les travaux sur le rôle des cercles masculins dans la construction d’un féminisme anglais dans les années 1790, dans la lignée de ce qu’a fait Chernock (2009). L’effort remarquable engagé par l’EHNE en faveur d’une histoire européenne n’oublie jamais, lorsqu’il s’agit d’interroger la source des féminismes du XIXème siècle, de mentionner la Révolution française ou les quelques noms qui ont fait la pensée émancipatrice hors des frontières de la France. Nous voudrions, dans la lignée et suivant l’exemple de cette approche résolument européenne, nous pencher sur ce qui a constitué l’armature de la pensée en faveur d’une émancipation des femmes à l’aube du XIXème siècle.

Vos propositions d’articles, d’une longueur maximale de 50 000 signes en français et 40 000 en anglais devront nous être adressées avant le 15 septembre 2021 à heuer@history.umass.edu, francoise.orazi@univ-lyon2.fr et anne.verjus@ens-lyon.fr. Idéalement, nous souhaiterions organiser une rencontre entre les autrices et auteurs retenu.es, aux alentours du printemps 2022. En présentiel si possible, en distanciel s’il le faut (ou les deux si c’est préférable). Le numéro paraîtra dans le troisième numéro de l’année 2023. Il sera d’abord publié entièrement en français, mais nous nous réservons la possibilité d’en avoir une version entièrement en anglais en ligne. Vos propositions, acceptées en français et en anglais, seront traduites par nos soins, sous votre contrôle.

Références citées dans le texte

• Binhammer, Katherine. « The Political Novel and the Seduction Plot: Thomas Holcroft’s Anna St. Ives ». Eighteenth-Century Fiction 11.2 (1999): 205–22.

• Bour, Isabelle. « A New Wollstonecraft: The Reception of the Vindication of the Rights of Woman and of The Wrongs of Woman in Revolutionary France ». Journal for Eighteenth-Century Studies 36.4 (2013): 575–87.

• Chernock, Arianne. Men and the Making of Modern British Feminism. Stanford: Stanford University Press, 2009.

• Desan, Suzanne. « Théroigne de Méricourt, Gender, and International Politics in Revolutionary Europe ». Journal of Modern History 92.2 (2020): 274–310.

• Desan, Suzanne. « Constitutional Amazons: Jacobin Women’s Clubs in the French Revolution » in B. T. Ragan Jr. and E. A. Williams (eds.), Re-Creating Authority in Revolutionary France (1992): 11–35.

• Fauré, Christine. « Doléances, déclarations et pétitions, trois formes de la parole publique des femmes sous la Révolution ». Annales historiques de la Révolution française 344 (1 juin 2006): 5–25.

• Godineau, Dominique. Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française. Aix-en-Provence: Alinéa, 1988.

• Gray, Marion W. « Radical Feminism and a Changing Concept of Marriage : Prussia’s Theodor Gottlieb Von Hippel ». In Donald Horward and John Horgan (eds.), The Consortium on Revolutionary Europe, 1750–1850: Proceedings, 1989 to Commemorate the Bicentennial of the French Revolution, 807–14. Tallahassee: Institute on Napoleon and the French Revolution, Florida State University, 1990.

• Joeres, Ruth Ellen B. « “That girl is an entirely different character!” Yes, but is she a feminist? Observations on Sophia von La Roche’s Geschichte des Fräulein von Sternheim ». In German Women in the Eighteenth and Nineteenth Centuries: A Social and Literary History, par Ruth-Ellen B. Joeres et Mary Jo Maynes, 137–56. Bloomington: Indiana University Press, 1986.

• Lapied, Martine. « Parole publique des femmes et conflictualité pendant la Révolution, dans le Sud-Est de la France ». Annales historiques de la Révolution française 344 (1 juin 2006): 47–62.

• Lumbroso, Nicolas. « Pons de Verdun et l’égalité des droits en faveur des femmes. L’aspiration d’un Conventionnel à une plus grande égalité des sexes ». Annales historiques de la Révolution française, (2021, à paraître).

• Mabo, Solenn. « Femmes engagées dans la chouannerie : motivations, modalités d’actions et processus de reconnaissance (1794–1830) ». Genre & Histoire 19 (25 août 2017).

• McFadden, Margaret. Golden Cables of Sympathy: The Transatlantic Sources of Nineteenth-Century Feminism. Lexington: The University Press of Kentucky, 1999.

• Philp, Mark. Radical Conduct: History of Ideas and Intellectual History. Oxford: Oxford University Press, 2020.

• Talamante, Laura. « Political Divisions, Gender, and Politics: The Case of Revolutionary Marseille ». French History 31.1 (2017): 63–84.

• Verjus, Anne. « La citoyenneté politique au prisme du genre. Droits et représentation des individus entre famille et classe de sexe (XVIIIème–XXIème siècles) ». HDR, Ecole Normale Supérieure de Paris – ENS Paris, 2014.

• Verjus, Anne. « Une Société sans Pères Peut-Elle Être Féministe ? L’empire Des Nairs de James H. Lawrence ». French Historical Studies 42.3 (2019): 359–89.

• Wiśniewska, Dorota. « In the Shadow of a Mild Revolution: Polish Women’s Political Attitudes during the Great Sejm (1788−1792) ». Gender & History 33.1 (2021): 75–93.