Enfilade

Exhibition | Treasures from the Royal Archives

Posted in catalogues, exhibitions by Editor on May 18, 2014

Royal Archives_exhib_FINAL_V3_0

Press release (16 May 2014) for the exhibition:

Treasures from the Royal Archives
Windsor Castle, 17 May 2014 — 28 January 2015

From the title deed of Buckingham Palace to George III’s reflections on the loss of America, the Royal Archives contains an unparalleled collection of documents that capture key moments in the history of the British Monarchy. To mark the centenary of the establishment of a permanent home for the Archives in the Round Tower at Windsor Castle, more than 100 documents from the private archive of the Royal Family are published in a new book, Treasures from the Royal Archives, and 25 of the most fascinating items go on display at the Castle from Saturday, 17 May, many for the first time.

In the exhibition, and among the documents on display for the first time, is the title deed for Buckingham Palace. Dated 20 April 1763 and bearing George III’s wax seal, it records the purchase of Buckingham House from Sir Charles Sheffield for the sum of £28,000 (over £2,000,000 today). Named after its previous owner, the sixth Duke of Buckingham, the property was bought by the King for his wife, Queen Charlotte, to accommodate their growing family—they had 15 children.

_74898202_titledeedforbuckinghampalace

Often remembered as the monarch who lost the American colonies, George III wrote his personal reflections on Britain’s relationship with America following the end of the War of Independence in 1783. The Crown and Government received much public criticism for the manner in which the conflict was handled; however the King’s essay takes a surprisingly sanguine approach to the defeat. Opening with the words “America is lost!,” it assesses the impact of the independence of America on the wealth of Britain, concluding with the King’s hope that “we shall reap more advantages from their trade as friends than ever we could derive from them as Colonies…”

_74873007_bonnieprincecharlieletterThe Royal Archives includes thousands of papers relating to the exiled Stuarts. The documents not only reflect the continuing Jacobite efforts to reclaim the throne for the Stuart royal line, but also shed light on the private lives of the Stuart family. A letter written in 1728 by the seven-year-old Bonnie Prince Charlie will go on display in the exhibition for the first time. Written to his father, Prince James Francis Edward Stuart, from Palazzo Muti, the Stuart residence in Rome, it appears to be the young boy’s response to a reprimand for upsetting his mother. The Prince writes, “Dear Papa, I thank you mightily for your kind letter. I shall strive to obey you in all things. I will be very Dutifull to Mamma, and not jump too near her…”

Also on display for the first time is Major John Chard’s account of the Defence of Rorke’s Drift. Written at the request of Queen Victoria, it describes with the help of sketches and plans the unlikely victory of British troops on the night of 22 January 1879, when Chard’s men successfully defended the field station at Rorke’s Drift from Zulu attack, despite being heavily outnumbered. Chard recalls the moment when they ‘saw them, apparently 500 or 600 in number, come around the hill to our south and advance at a run’ and describes how “many of the men behaved with great gallantry.” Upon his return to England, Chard, along with Lieutenant Bromhead and other officers, was summoned to Balmoral to recount the battle to the Queen, who had followed the progress of the Anglo-Zulu War with great interest.

A report prepared for King George V by the Prime Minister, James Ramsay MacDonald, records a turning point in British politics—the first sitting of the House of Commons under the first Labour Government on 13 February 1924. Describing the occasion as “unique and historical in the annals of the British parliament,” MacDonald concludes that, although it was a “difficult and trying ordeal,” “on the whole it was a very encouraging start.” The report is just one of many examples of correspondence, both formal and private, between monarchs and political leaders held in the Royal Archives, including letters from the President of the United States, Abraham Lincoln, and British Prime Ministers Winston Churchill and Benjamin Disraeli.

Exhibition curator Lauren Porter of Royal Collection Trust said, “The 100th anniversary of the foundation of the Royal Archives at Windsor Castle provides a wonderful opportunity to explore and exhibit some of the greatest treasures in the collection of documents. The wide variety of material held in the Royal Archives—from private correspondence and diaries to official papers—provides a fascinating insight into the history of the British Monarchy, often from a very personal perspective.”

Pamela Clark, Julie Crocker, Allison Derrett, Laura Hobbs and Jill Kelsey, Treasures from the Royal Archives (London: Royal Collection, 2014), 240 pages, ISBN: 978-1909741041, £30.

Royal_Collection_PLC_Artwork-11Since 1914, the famous ‘Round Tower’ of Windsor Castle has been the secure and honoured home to the Royal Archives—an extraordinary collection of many thousands of documents and records dating back to the reign of Elizabeth I. This publication showcases, for the very first time, the treasures of this fascinating and internationally significant collection, ranging from records of affairs of state to personal letters, diaries and domestic jottings, recounting the stories of kings and queens, politicians, rebels, soldiers and artists in their own words—and painting a remarkable portrait of history through the passions, dilemmas and life-changing moments of the people who shaped it.

Call for Papers | Tableau Vivant

Posted in Calls for Papers by Editor on May 18, 2014

Tableau Vivant: La Politique de l’Interruption
Paris, 31 October 2014

Proposals due by 15 June 2014

Journée d’études organisée par Michel Poivert et Julie Ramos

Désormais étudié dans ses différentes modalités historiques et esthétiques, le tableau vivant ne cesse de nous interroger sur la puissance d’un arrêt (du geste comme de l’image) : quelle est la nature de la force expressive de l’immobilité ? Considérer parfois comme anachronique au regard des arts du mouvement, le tableau vivant dans ce qu’il peut avoir d’archaïque propose une intensité que le théâtre ou l’arrêt sur image au cinéma ont largement expérimentée. L’artifice de l’immobilité contrainte des tableaux vivants peut-elle se comprendre à l’aune d’une réflexion sur les rapports entre l’image et le politique ? En performant le tableau vivant, la scène et le corps s’inscrivent dans une relation à l’espace social qui n’est pas dénué d’enjeux idéologiques. Objet singulier de l’histoire de l’art, le tableau vivant ouvre en réalité des perspectives plus larges qui concernent toutes les pratiques artistiques, le théâtre et la danse, la vidéo et la performance, ou bien encore l’installation. En proposant de repérer les enjeux politiques de l’immobilité à travers le paradigme du tableau vivant, il sera question d’autorité et de liberté, de l’économie générale du rapport entre le spectateur, l’auteur et l’acteur, et peut être aussi de penser la question de la création en dehors de l’image.

Date limite de réception des propositions de communication : 15 juin 2014.Les propositions doivent être adressées à Michel Poivert (m.poivert@orange.fr) et Julie Ramos (julie.ramos@free.fr). Les propositions de communication ne devront pas dépasser 300 mots et comporter : nom et prénom de(s) auteur(s), court C.V. et bibliographie sélective, titre(s), fonction(s) et institution de rattachement, coordonnées (adresse postale et électronique, téléphone), titre de la communication et principaux arguments.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Le « tableau vivant » questionne les définitions traditionnelles de l’art. Communément défini comme un arrangement de personnes vivantes reproduisant de manière immobile une composition artistique, que ce soit une peinture, une sculpture ou une estampe, le tableau vivant aurait, selon un récit largement admis, connu son apogée au XIXe siècle (notamment par sa désignation en 1839 dans le récit La Toison d’or de Gautier.) C’est toutefois à cette période qu’il commence à être dévalorisé pour ses rapports avec le divertissement populaire, la photographie, voire l’érotisme. Cette croyance en un déclin du tableau vivant a contribué à concentrer son étude autour de 1800 (voir l’étude pionnière de Kirsten G. Holmström), à occulter ses origines plus anciennes, ainsi qu’à négliger ses évolutions ultérieures et son apport à l’histoire de l’art. L’objectif de la journée d’étude est de pallier ces manques en rassemblant des spécialistes du Moyen Âge, de l’époque moderne (XVIIe–XVIIIe siècles) et de la période contemporaine, afin d’en saisir les enjeux dans la longue durée.

Les études sur le tableau vivant ont jusqu’à présent majoritairement été menées par des historiens du spectacle. Ils l’ont en effet rattachés aux réformes scéniques du XVIIIe siècle, qu’il s’agisse de la redécouverte de la pantomime antique chez les théoriciens de la danse (Cahusac, Noverre, etc.) ou de la théorie du « quatrième mur » de Diderot, qui valorise l’immobilisation de l’action théâtrale en un « tableau dramatique ». À ces éléments s’ajoute l’ascendant, analysé par les historiens de l’art, des théories néo-classiques (Winckelmann, Lessing, etc.), qui préconisent pour les arts visuels la représentation du « moment fécond » d’une action, rendu sensible dans un geste suspendu exprimant la vie intérieure des figures. La plupart des spécialistes identifient ainsi le premier tableau vivant moderne dans la reproduction de L’Accordée de village de Jean-Baptiste Greuze au milieu de l’acte II des Noces d’Arlequin donné par Carlin à la Comédie Italienne, en 1761, l’année même de l’exposition de la toile au Salon.

Le tableau vivant s’émancipe ensuite rapidement de la scène pour se propager comme genre autonome dans les salons privés de l’élite cultivée européenne. S’y associe la pratique dite des « attitudes », inaugurée par Emma Hart, épouse de Sir William Hamilton, qui adoptait des « poses plastiques » inspirées des statues antiques et des silhouettes des vases étrusques de la collection de son époux. Enfin, Goethe contribue à la vogue des tableaux vivants au XIXe siècle, en les insérant dans la trame de son roman Les Affinités électives (1809). Il avait non seulement assisté au « attitudes » de Lady Hamilton lors de son voyage à Naples en 1787 et avait inclus le tableau vivant à ses réflexions sur le théâtre (voir l’essai sur son monodrame Proserpine) mais il en avait aussi été l’ordonnateur à la cour de Weimar.

Le tableau vivant et ses genres connexes (les attitudes et « poses plastiques ») questionnent les frontières à la fois esthétiques et sociales : entre œuvre originale et reproduction, imitation d’une image et présence des protagonistes, auteur et spectateur, mise en scène de soi et voyeurisme. Il contribue notamment à briser le contrôle à l’accès culturel, par son lien aux pratiques amateures et par ses déplacements d’un monde « aristocratique » et « artiste » aux scènes populaires, aux ateliers de photographie et aux premières projections filmiques. Au-delà de l’histoire du tableau vivant durant les XVIIIe et XIXe siècles, qui contribue à l’arrimer à la question du « faire tableau » dans l’ensemble des arts, l’étude de ses précédents dans les Mystères médiévaux et les fêtes d’Ancien Régime ouvre d’autres perspectives. Si les chercheurs n’ont repéré, pour ces périodes anciennes, qu’une seule occurrence d’une performance réalisée d’après une œuvre d’art (la reproduction du fameux polyptyque de l’Agneau Mystique des frères Van Eyck lors de l’entrée de Philippe le Bon à Gand en 1458), nombreuses sont les performances de personnes s’immobilisant pour « faire image » à l’occasion des rituels religieux et princiers. Leur disparition progressive au profit des « machines » et des décors imposés par la monarchie absolue pose la question du pouvoir qui s’y déploie. Pouvoir de figer l’infigurabilité du vivant ? Ou revanche du vivant sur l’image lors de performances dont l’hybridité fondamentale (entre l’art et de la vie) permet d’en briser l’efficacité ? Ces questions semblent réactualisées par les pratiques plus contemporaines du tableau vivant, du cinéma à l’art contemporain, en passant par le très populaire festival Pageant of the Masters, organisé à Laguna Beach depuis 1933. Elles permettent d’envisager les relations entre image et performativité, leurs affinités et leurs tensions dans l’instant suspendu. Elles supposent d’interroger le rôle de l’auteur de ces images collectives, mais aussi leur dimension politique.

Conference | Workshops and Manufactures in France, 1789–1815

Posted in conferences (to attend) by Editor on May 18, 2014

From the conference programme:

« Les progrès de l’industrie perfectionnée »
Ateliers et manufactures de la Révolution française au Premier Empire, 17891815)
Workshops and Manufactures in the Years between the

French Revolution and the Napoleonic Empire, 1789–1815
Institut national d’histoire de l’art and Centre allemand d’histoire de l’art, Paris, 13–14 June 2014

Screen Shot 2014-05-17 at 5.41.37 PMEntre la réunion des États généraux et la fin du Premier Empire, vingt-cinq ans s’écoulent pendant lesquels bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels créent un contexte d’instabilité pour le secteur du luxe et du demi-luxe français. Les ateliers et les manufactures sont confrontés à des conditions matérielles et organisationnelles difficiles. Le manque de matières premières, la détérioration des finances et la diminution du personnel en raison du départ des jeunes hommes aux armées ont un impact négatif sur la production artisanale. L’incertitude générale que représente cette période d’instabilité politique et de conflits armés n’empêchent pourtant pas l’émergence de modes. De nouveaux marchés s’ouvrent et offrent de riches opportunités aux artistes et artisans pour diversifier et élargir leurs créations.

La période révolutionnaire a souvent été considérée comme un temps de rupture, en particulier dans le domaine du luxe dont elle remet en cause les fondements. Il s’agira ici, au contraire, de l’envisager dans sa continuité, à la jonction des XVIIIe et XIXe siècles. La reprise de la production des objets de luxe s’observant dès le Directoire et s’épanouissant avec l’Empire, les mutations de la société et du travail posent la question du développement de nouveaux paradigmes. À quels évènements et à quels changements les manufactures d’État, les ateliers de renom ainsi que les producteurs régionaux doivent-ils faire face entre l’Ancien Régime et la Restauration des Bourbons ? De quelle manière les artistes et les artisans réussissent-ils – ou échouent-ils – à s’adapter ? Mais aussi comment, de ces situations complexes, émergent les facteurs mêmes d’une évolution possible d’un secteur en processus d’industrialisation ?

Le présent colloque entend faire le point sur cette période charnière de l’histoire des arts décoratifs en France, l’objectif étant de mieux comprendre comment, au sein d’une actualité foisonnante, porteuse de transformations, ont fonctionné des ateliers et des manufactures établis à Paris et sur l’ensemble du territoire français. Pluridisciplinaire, croisant en particulier l’histoire de l’art, l’histoire sociale, l’histoire économique, l’histoire culturelle et l’histoire des techniques, le colloque cherchera autant à affiner la périodisation de son sujet d’étude qu’à fournir les clefs de lecture d’une analyse plurielle des objets, en complément d’une approche stylistique déjà éprouvée.

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

V E N D R E D I ,  1 3  J U I N  2 0 1 4

9.00  Accueil par Philippe SÉNÉCHAL (INHA, Paris)

Organiser les ateliers et les manufactures
Présidence de séance Odile NOUVEL (musée des Arts décoratifs, Paris)

9.10  David CELETTI (université de Padoue) « Filer le luxe. Manufactures, ateliers et travail domestiques à l’aube de l’industrialisation »

9.30  Stéphane PIQUES (université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136) « L’organisation de la production dans l’industrie céramique sous la Révolution : l’exemple du territoire industriel de Martres-Tolosane (Haute-Garonne) »

9.50  Élodie VOILLOT (université Paris Ouest Nanterre La Défense, INHA, Paris) « Des canons aux statuettes. L’industrie du bronze au tournant du XIXe siècle »

10.10 Pause

10.50  Camilla MURGIA (université d’Oxford) « The Elusive Link : Fine Arts and Industry Exhibitions under the Consulate and the Empire »

11.10  Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE (Centre Alexandre Koyré, UMR 8560, CNRS-EHESS-MNHN, Paris) « Le luxe sous l’Empire. Entre pénurie de matières premières et recherche de substituts »

11.30  Discussion

12.30  Pause

Créer de nouveaux objets et de nouveaux styles
Présidence de séance Patrick VERLEY (université de Genève)

14.00  Piedade DA SILVEIRA, Michelle SAPORI (Paris) « Louis-Hyppolite Leroy et son atelier de modes de 1793 à 1815 »

14.20  Marie-Agnès DEQUIDT (université Paris-Est Créteil) « Horlogerie et Révolution : continuer à tourner dans un monde en bouleversement, 17891815 »

14.40 Bernard JACQUÉ (musée du papier peint de Rixheim) « Des décors de luxe en papier peint pendant la Révolution française »

15.00  Pause

15.40  Justin BEAUGRAND-FORTUNEL (École Pratique des Hautes Études, Paris) « Le mobilier de campagne de Napoléon Ier. L’artisanat au service de l’Empereur »

16.00  Discussion

S A M E D I ,  1 4  J U I N  2 0 1 4

9.15  Accueil par Thomas KIRCHNER (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris)

9.30  Un double bilan historiographique en histoire de l’art et en histoire

Philippe BORDES (université Lumière Lyon 2, LARHRA, UMR 5190) et Anne PERRIN KHELISSA (université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136) ¬- Jean-François BELHOSTE (École Pratique des Hautes Études, Paris) et Natacha COQUERY (université Lumière Lyon 2, LARHRA, UMR 5190)

Diffuser et promouvoir la production à l’international
Présidence de séance Anne DION-TENENBAUM (musée du Louvre, Paris)

10.00  Valeria MIRRA (Archives du Moderne de Mendrisio, université de la Suisse italienne) « Labor omnia vincit. La Manufacture Piranesi de vases et ornements en terre cuite de Mortefontaine »

10.20  Ludmila BUDRINA (musée des Beaux-Arts d’Ekaterinburg) « Lapidaires parisiens aux services de Nicolas Demidoff : la collection des objets en bronze doré et malachite avec des mosaïques en reliefs des pierres dures réalisés par Thomire (d’après les documents inédits et les collections européennes) »

10.40  Pause

11.20  Hans OTTOMEYER (Munich)« Innovation by Design as Strategy for Luxury Goods »

11.40  Iris MOON (Sterling and Francine Clark Art Institute in Williamstown) « The Immutable Décor : Revolutionary Aesthetics and Material Transformations in Interior Decoration at the cabinet de platine, ca. 1800 »

12.00  Discussion (more…)

Met Initiative Provides Free Access to 400,000 Digital Images

Posted in museums by Editor on May 18, 2014

SF07_225_510_1

Lock, 18th century, French, gilt bronze, 7 x 8 inches (New York: Metropolitian Museum of Art, Gift of J. Pierpont Morgan, 1906, #07.225.510.1). For more information, click here»

◊  ◊  ◊  ◊  ◊

Press release (16 May 2014) from The Met:

Thomas P. Campbell, Director and CEO of The Metropolitan Museum of Art, announced today that more than 400,000 high-resolution digital images of public domain works in the Museum’s world-renowned collection may be downloaded directly from the Museum’s website for non-commercial use—including in scholarly publications in any media—without permission from the Museum and without a fee. The number of available images will increase as new digital files are added on a regular basis.

In making the announcement, Mr. Campbell said: “Through this new, open-access policy, we join a growing number of museums that provide free access to images of art in the public domain. I am delighted that digital technology can open the doors to this trove of images from our encyclopedic collection.”

The Metropolitan Museum’s initiative—called Open Access for Scholarly Content (OASC)—provides access to images of art in its collection that the Museum believes to be in the public domain and free of other known restrictions; these images are now available for scholarly use in any media. Works that are covered by the new policy are identified on the Museum’s website with the acronym OASC. (Certain works are not available through the initiative for one or more of the following reasons: the work is still under copyright, or the copyright status is unclear; privacy or publicity issues; the work is owned by a person or an institution other than the Metropolitan Museum; restrictions by the artist, donor, or lender; or lack of a digital image of suitable quality.)

OASC was developed as a resource for students, educators, researchers, curators, academic publishers, non-commercial documentary filmmakers, and others involved in scholarly or cultural work. Prior to the establishment of OASC, the Metropolitan Museum provided images upon request, for a fee, and authorization was subject to terms and conditions. Additional information and instructions on OASC can be found here.