Enfilade

Journées d’étude | Animals and the Limits of Still Life

Posted in conferences (to attend) by Editor on May 7, 2014

As noted at INHA:

L’Animal, ou la Nature Morte à ses Limites
Musée de la Chasse et de la Nature, Paris, 15–16 May 2014

3Nature-morte-avec-lapin-et-grive-Jean-Sim+-«on-Chardin-huile-sur-toile-vers-1750-inv-65-71-1-C-Sylvie-DurandJournées d’étude organisées par l’Institut national d’histoire de l’art en partenariat avec le musée de la Chasse et de la Nature

Au sein du genre pictural si délicat à définir en soi qu’est la nature morte, « l’animal » constitue un objet paradoxal qui semble fragiliser sa définition même, et, au-delà, celle des genres et de leurs hiérarchies. En effet, si la catégorie de « l’animal » peut être considérée comme un lieu commun permettant aux hommes de se distinguer entre toutes les espèces et de s’accorder une prééminence parmi les êtres vivants, il revient à la nature morte de contribuer à son élaboration tout en questionnant sa validité, celle du système classificatoire dans lequel il s’inscrit et de l’idéologie qui les fondent tout deux. Sous la triple forme de l’être vivant, du cadavre et de la viande, les figures animales perturbent l’ordonnancement des objets inanimés qui caractérise la nature morte. Vivant, l’animal détonne parmi l’amoncellement de matière inerte et rivalise avec la figure humaine dans sa capacité à raconter et émouvoir. Mort, il force la prise en compte du sens le plus littéral de la terminologie française, ouvrant le genre à la représentation triviale de la mort, en deçà des méditations du memento mori, notamment lorsqu’il s’associe à la chasse et à la dévoration qu’elle présage. Entier, la multiplicité de ses formes – loup, cerf, cygne, faisan, lapin, mouton, serpent, poisson, homard, huître… – questionne le principe même de l’unité du règne animal. Ouvert, démembré et présenté en morceaux sur une quelconque table, il se métamorphose en viande et s’invite dans la culture alimentaire. Cette journée d’études examinera les perturbations spatiales, temporelles et critiques qu’introduit la présence animale dans la nature morte, opérant à ses limites et les troublant.

Comité d’Organisation
Raphaël Abrille, conservateur-adjoint, musée de la Chasse et de la Nature
Claude d’Anthenaise, directeur du musée de la Chasse et de la Nature
Frédérique Desbuissons, conseillère scientifique, INHA
Catherine Girard, doctorante à Harvard University, boursière Kress à l’INHA
Marie-Christine Prestat, conservateur-adjoint, musée de la Chasse et de la Nature
Emmanuel Ussel, chargé d’études et de recherches, INHA

Musée de la Chasse et de la Nature
Hôtel de Mongelas
62, rue des Archives 75003 Paris
Métro Hôtel de Ville ou Rambuteau
Bus 29 ou 75

J E U D I ,  1 5  M A I  2 0 1 4

10.00  Accueil des participants
10.15  Introduction par Frédérique Desbuissons, conseillère scientifique, INHA
10.30  Ouverture par Claude d’Anthenaise, directeur du musée de la Chasse et de la Nature, Enjeux de la figuration de la mort animale dans l’art contemporain

Variété et multiplicité
Modératrice : Anne Lafont, rédactrice en chef de Perspective. La revue de l’INHA
11.30  Étienne Jollet, professeur d’Histoire de l’art moderne, université Paris I Panthéon- Sorbonne, Aux limites de l’humanité : absence de l’homme, présences de l’animal dans les natures mortes des Temps modernes

12.30  Pause

Corps et morceaux
Modératrice : Catherine Girard, INHA
14.30  Raphaël Abrille, conservateur-adjoint, musée de la Chasse et de la Nature, Trophées de chasse peints en France aux XVIIe et XVIIIe siècles
15.30  Valérie Boudier, maître de conférences en Histoire de l’art moderne, université Lille III, et Anne-Elène Delavigne, ethnologue, chercheuse associée, UMR 7206 CNRS-MNHN Éco-anthropologie et ethnobiologie, Le motif de la tête animale comme trophée : perceptions spéculaire de la mort, rapport aux animaux

V E N D R E D I ,  1 6  M A I  2 0 1 4

Surfaces et intériorités
Modératrice : Daniela Gallo, professeure d’histoire de l’art moderne, université Pierre Mendès- France Grenoble 2
9.00  Tom Balfe, Visiting Lecturer, Courtauld Institute of Art, Londres et University of Warwick, Fake Fur: The Animal Body Between Pleasure and Violence
10.00  Sarah Cohen, professeur d’histoire de l’art, University at Albany, State University of New York, Ecocriticism as a critical strategy applied to animal still lives: Chardin
11.00  Pause
11.30  Catherine Girard, doctorante en histoire de l’art, Harvard University, boursière Kress, INHA, Refuge animal. Le devenir d’Anne Vallayer-Coster dans la nature morte

12.30  Pause

Portraits d’animaux
Modératrice : Frédérique Desbuissons
14.00  Emmanuelle Héran, conservateur en chef du patrimoine, chargée de mission au musée du Louvre, Derniers portraits d’animaux
15.00  Izabel Gass, doctorante en histoire de l’art, Yale University, Le Chat mort : Théodore Géricault’s subversion of the French Still Life Tradition
16.00  Pause
16.30  Johanne Lamoureux, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Montréal, Le regard de la viande. Magritte entre les genres
17.30  Conclusion par Catherine Girard

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s