Enfilade

New Book | Le Ciseau et la Tiare: Les Sculpteurs dans la Rome des Papes

Posted in books by Editor on March 3, 2013

From Publications de l’École Française de Rome:

Anne-Lise Desmas, Le ciseau et la tiare : les sculpteurs dans la Rome de Benoît XIII, Clément XII et Benoît XIV,  1724-1758 (Rome: École Française de Rome, 2012), 471 pages, ISBN: 978-2728309405, 50€ / $95. [available from Artbooks.com]

CEF463.jpg_905693731L’image monumentale de la Ville éternelle, des statues de la fontaine de Trevi ou de la façade du Latran à celles des fondateurs d’ordres dans la nef de Saint-Pierre, a été largement façonnée par les sculpteurs des pontificats de Benoît XIII, Clément XII et Benoît XIV. Pourtant, ces artistes, tels Maini, Bracci et Della Valle, restent méconnus.

C’est ce grand atelier et ses acteurs que cet ouvrage fait revivre, entrelaçant recherches monographiques et études sociales, reconstitutions de carrières, enquêtes sur les institutions artistiques et examen stylistique des œuvres.

Cette approche globale prend en compte tous les rouages de ce vaste chantier sculptural, du transport du marbre à la composition des décors éphémères, de la restauration d’antiques aux concours, des commandes privées de monuments funéraires à l’organisation des grands chantiers, souvent dominés par la figure de l’architecte. Elle examine aussi différents milieux, dont celui de l’Académie de France où brillent Adam et Bouchardon, et retrace le parcours romain de sculpteurs italiens, tels le Napolitain Benaglia, le Florentin Cornacchini ou le Vénitien Corradini.

Ces années, entre Rusconi et Canova, restent dominées par le poids de la tradition héritée du siècle de Bernin. Or c’est l’un des paradoxes que cherche à élucider cette étude : pourquoi la Rome des Lumières n’a-t-elle pas laissé émerger l’un de ces artistes qui, incontestablement talentueux, lui assurèrent une abondante et remarquable production sculpturale ?

The table of contents is available as a PDF here»

Exhibition | Dalou, Regards sur le XVIIIe Siècle

Posted in exhibitions by Editor on March 3, 2013

Press release from the Cognac-Jay:

Dalou, Regards sur le XVIIIe Siècle
Musée Cognac-Jay, Paris, 18 April — 13 July 2013

Curated by Cécilie Champy-Vinas and Benjamin Couilleaux

viewmultimediadocument

Aimé-Jules Dalou, La Liseuse (Paris: Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris) © Petit Palais/ Roger-Viollet

À l’occasion de la publication du catalogue raisonné du fonds Dalou conservé au Petit Palais, le Musée Cognacq-Jay accueille une sélection d’œuvres de ce  grand sculpteur du XIXe siècle, en les confrontant à ses propres collections du XVIIIe siècle.Trente-cinq terres cuites, plâtres et bronzes, issus des collections du Petit Palais et du musée Carnavalet, sont présentés parmi les collections permanentes. Cette manifestation montre comment un grand artiste républicain du XIXe siècle pouvait puiser son inspiration dans le siècle des Lumières, balançant entre l’exaltation des hauts faits de la Révolution et la nostalgie des grâces de l’art rocaille.

D’une famille parisienne modeste, « communard » en 1871, ce qui lui valut de s’exiler à Londres jusqu’en 1879, le sculpteur Aimé-Jules Dalou (1838-1902) commence sa carrière en France dans les années 1880. Artiste engagé, il eut à cœur de célébrer la République depuis ses origines, c’est-à-dire depuis la Révolution. Sa carrière est jalonnée de monuments ambitieux à la gloire des grands hommes de ce temps, de Mirabeau répondant à Dreux-Brézé le 23 juin 1789, un des épisodes fondateurs de la Révolution, en 1883, au Monument à
Hoche
, dernière commande publique passée à l’artiste en 1900.

Pendant son exil à Londres et après son retour à Paris, Dalou a également réalisé de nombreuses œuvres intimistes. Pour celles-ci, il se tourne souvent vers un autre XVIIIe siècle, celui des grâces enfantines, des bacchanales et des intrigues d’alcôves. Ses portraits d’enfants, ses baigneuses et ses groupes mythologiques font écho aux créations de Boucher, Clodion ou Lemoyne.

En parallèle, le Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris, présente du 18 avril au 13 juillet Dalou. Le sculpteur de la République, première exposition monographique consacrée à l’artiste. Près de trois cents œuvres seront présentées, en grande partie inédites, provenant de collections publiques et privées en France et à l’étranger.